01 déc '21

Au galop autour de la ville

2467
par Koen Demarsin
À la Belle Époque, les courses de chevaux étaient le passe-temps favori des Bruxellois fortunés. Plus que des champs de courses, les hippodromes, lieux de loisirs autour de la ville, étaient des endroits où convergeaient les vies et les intérêts de nombreux industriels, banquiers et de la noblesse.

Non seulement avaient-ils assez de moyens pour investir dans le sport hippique, mais ils disposaient également de temps libre, ce dont les travailleurs pauvres de leurs usines ne pouvaient que rêver. Dansles années 70 et 80, les pistes restantes connurent encore des jours de gloire, mais après la Seconde Guerre mondiale un grand nombre ont dû fermer leurs portes. La fermeture de l’hippodrome de Sterrebeek en 2005 entraîna avec elle la fermeture définitive des courses dans la périphérie de Bruxelles. Alors que quelques hippodromes furent transformés en terrains de golf, d’autres furent ‘rendus’ à la nature.