01 nov '22

La bière du peuple fait son retour

842
par Wim Troch
Dans les précédents articles de cette série, le patrimoine industriel était synonyme de gloire passée. Cette fois, rien de tout cela, car l’industrie de la bière lambic connaît une véritable renaissance.

Depuis plus de deux siècles, la vallée de la Senne et le Pajottenland forment le berceau du lambic, du faro, de la gueuze et des bières apparentées. De nombreuses brasseries de lambic remontent au 19e siècle. Il s’agissait généralement de fermes qui brassaient de la bière en hiver, lorsqu’il y avait moins à faire sur les terres. Au début du 20e siècle, la région comptait plus d’une centaine de brasseries de lambic et de gueuzeries. Pendant longtemps, le processus de brassage est resté assez artisanal. Ce n’est que dans les années 1950 qu’ une véritable industrialisation s’est mise en place, avec des processus de production plus rapides et des quantités plus importantes. Au tournant du siècle, on a assisté à un regain d’intérêt pour les bières artisanales et régionales. Le lambic et la gueuze ont pu surfer sur cette vague d’intérêt.