28 aoû '12

‘On sent l’humeur du public dans le dos’

2409
par RK
Le chef d’orchestre Eric Lederhandler de Wemmel est fort sollicité pour le moment. Son orchestre de chambre Nuove musiche a un travail fou avec son opéra d’été, Les contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach.

Le chef d’orchestre Eric Lederhandler de Wemmel est fort sollicité pour le moment. Son orchestre de chambre Nuove musiche a un travail fou avec son opéra d’été, Les contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach. Nuove musiche existe depuis vingt ans et donne en moyenne entre vingt et trente concerts par an, tant dans le pays qu’à l’étranger. Par ailleurs, Eric Lederhandler est directeur musical d’un orchestre symphonique de Nankin en Chine. Selon lui, il est passionnant d’inculquer l’amour de la musique classique dans une culture complètement différente. La Chine n’est pas le fait du hasard. Son père y a fait des affaires dans le passé, il est tombé amoureux du pays et a transmis une série de contacts à son fils. Sans contacts personnels, il est particulièrement difficile de se faire accepter en Chine. ‘Ton ami est mon ami et si tu dis que ton ami fait du bon travail, nous pouvons peut-être entreprendre quelque chose ensemble; cette mentalité y règne en maître.’ Un chef d’orchestre sent assez vite si le public apprécie un concert. ‘Il arrive parfois qu’il fasse glacial dans la salle, mais on sent souvent la chaleur dans le dos.’ (RK, sep 2012)