01 mar '22

Trouver de la joie dans la tristesse

1462
par Nathalie Dirix
L’écrivaine indienne Arundhati Roy dit dans The End of Imagination que la vie se résume à Tofind joy in the saddest places. Peter Piot et Geert Meyfroidt n’en doutent pas. ‘Si on le veut, on arrive à voir que la beauté se cache partout.’

Peter Piot: ‘Si j’avais 18 ans aujourd’hui, je choisirais la neurologie plutôt que la virologie. Vu que nous vivons plus longtemps, nous devrons faire face à beaucoup de maladies neurologiques telles que la maladie d’Alzheimer et la démence. Comment soulager celà d’un point de vue médical? Comment pouvons-nous ajouter de la vie aux années plutôt que des années à la vie?’ Geert Meyfroidt: ‘Quand est-ce que la vie peut s’arrêter pour moi? Je pense vouloir rester en vie aussi longtemps que je dispose de mes capacités intellectuelles et qu’il m’est possible de communiquer avec les autres. Cette interaction est cruciale. Un autre élèment fondamental est la capacité à pouvoir être utile aux autres.’