01 jun '20

L’arriéré en matière de bien-être ne parvient pas à être résorbé 

6291
par Bart Claes
Un jeune hanté par des idées de suicide, ne peut pas toujours compter sur l’aide et l’encadrement dont il a besoin dans le Vlaamse Rand. Il existe très peu de logements d’accueil pour les familles en situation de crise.

Le CAW Halle-Vilvoorde souffre d’une pénurie de personnel et de moyens, un arriéré historique qui ne parvient pas à être résorbé. ‘Nous essayons de porter immédiatement assistance si quelqu’un se trouve dans une situation de crise aiguë, mais il arrive souvent que nous ne soyons pas en mesure d’assurer un suivi sur la durée. On a donc souvent le sentiment de faire du ‘rafistolage’, avec le risque accru que la situation de crise éclate à nouveau après quelque temps et qu’il faille tout reprendre à zéro. Concrètement, l’année passée, les délais d’attente pour l’accompagnement de jeunes à Halle et à Asse oscillaient entre deux semaines et deux mois’, dit Elise Moriau, directeur du CAW Halle-Vilvoorde.